AFRIQUE DE L’OUEST / WACA (BÉNIN, SÉNÉGAL ET TOGO)

ACTUALITÉS

ÉQUIPE PROJET

CHEF DE PROJET
> Moussa SALL : 
Centre de suivi écologique (Sénégal)

> Issa SAKHO
Maître de Conférences à l’UFR Sciences et Technologies de l’Université de Thiès, Sénégal

> Dieudonné ADJOUSSI
Université de Lomé, Togo

FICHE PROJET

SUIVI DES RISQUES CÔTIERS ET SOLUTIONS DOUCES AU BÉNIN, SÉNÉGAL ET TOGO

Démontrer que des solutions douces sont pertinentes pour lutter contre et s’adapter aux risques côtiers. Le projet combine un renforcement ciblé des compétences des acteurs clés de la gestion des risques littoraux avec des activités démonstratives de terrains de mise en place de solutions douces, sur des sites pilotes, tout en valorisant l’expertise française.

Composantes

1. Appui au fonctionnement de la MOLOA, de ses partenaires et renforcement de ses moyens (non financée par le FFEM)
2. Production de données relatives à la compréhension des risques littoraux et renforcement
des compétences de la MOLOA, de ses partenaires et des organes de gouvernance
3. Echange d’expérience et actions pilotes pour l’adaptation et la réduction des risques côtiers (méthodes douces)
4. Communication, capitalisation et échanges scientifiques

Actions pilotes

BÉNIN
> Solutions douces pour l’adaptation aux risques littoraux sur le secteur de l’embouchure du fleuve Mono (Grand Popo) ;

SÉNÉGAL
> Solutions douces pour l’adaptation aux risques littoraux sur le secteur de l’embouchure du fleuve Sénégal : AMP de Saint-Louis et village de Pilote Barre ;
> Mise en place d’un ouvrage de protection léger contre l’érosion côtière et boisement de 6 ha au niveau de l’AMP de Sangomar ;
> Assistance pour le retrait stratégique du quartier des pêcheurs de la ville de Bargny, menacé par l’érosion ;

TOGO
> Mise en œuvre d’un panel de solutions douces pour la prévention contre les risques littoraux entre les villages d’Agbodrafo et de Gbodjomé

Impacts attendus

> Connaissances renforcées du littoral ouest africain, des pressions qu’il subit et des réponses apportés pour l’adaptation aux risques côtiers face aux changements climatiques, et diffusés aux acteurs des littoraux ouest africains.

> Capacités des acteurs (AMP, collectivités et acteurs locaux) renforcées pour contribuer aux mesures de prévention et d’observation des risques côtiers et du littoral

> Test de “solutions douces” d’adaptation aux risques littoraux, ayant vocation à être répliquées sur d’autres sites littoraux, sont appuyées par l’expertise française dans le domaine.